samedi 4 avril 2009

La disparition des abeilles, une responsabilité personnelle




Nos sœurs les abeilles, habitant notre planète Terre depuis des millions d’années, sont en cours de décimation en une seule génération, seulement par nos propres vies inconscientes et irresponsables. Le pourquoi ? Plusieurs causes fortement probables sont en cours d’études par des spécialistes et scientifiques du monde apicole :

  • Des infections par des champignons virus, bactéries ou parasites
  • les ondes de nos téléphones portables (des scientifiques allemands ont démontré que ces ondes perturbent les abeilles, les empêchant de retrouver la ruche, Les abeilles génèrent des signaux électromagnétiques d’une fréquence variant de 180 à 250 hertz quand elles effectuent leurs danses de communication, la téléphonie mobile GSM est modulé à 217 hertz) .
  • Des produits chimiques, pesticides, insecticides, désherbant ou fongicides pouvant perturber l'orientation des abeilles, ou contaminer la cire.
  • Les OGM qui ont souvent été développés dans leur but de faire produire à ces plantes génétiquement modifiées leurs propres insecticides.
  • Les pratiques apicoles modernes sont également montrées du doigt (taille des ruches, promiscuité, malnutrition et stress des abeilles, perte de la diversité génétique par sélections et croisements...)

Depuis quelques temps, des voix s’élèvent pour déclarer garde à la disparition des abeilles à travers ce barrage médiatique qui existe. La vie fera qu’on sera obliger de réagir à ce phénomène, car comme le disais si bien Einstein :

« Si l’abeille disparaissait de la surface du globe, l’homme n’aurait plus que quatre années à vivre ».

Qu’attendons-nous pour revaloriser le rôle des abeilles dans notre quotidien ? Ce n’est pas juste un pot de miel dans le rayon du supermarché ! C’est bien plus que cela, c’est la Vie qui est en péril, toute ces beautés printanières doivent-elles disparaître de notre vue et seulement devenir un souvenir dans nos cœurs ? Devons-nous blâmer les industriels, les politiciens pour leurs indifférences trop préoccupés par leurs propres jeux de pouvoir, je dis que non !, car c’est nous qui leur avons donné ce pouvoir, c’est à nous de reprendre notre pouvoir personnel et de faire des gestes quotidiens afin d’aider les abeilles. Comment me direz-vous ?


  • Encourager la culture biologique dans notre consommation quotidienne pour que les abeilles vivent dans un environnement plus sain.
  • Augmenter la diversité dans nos jardins : Les fleurs mellifères (les asclépiades et le solidago, les asters, le nepeta, caryopteris, bruyère, centaurée, giroflée, primevère, souci, tanaisie , camomille, achillée millefeuille, millepertuis, mauve, phacélie, sédum… ) et les plantes aromatiques (romarin, lavande, thym, ciboulette…) font le bonheur des insectes polinisateurs. Le mieux c’est de jouer la diversité en plantant différentes espèces.
  • Revaloriser l’apiculture dans notre quotidien par ses produits de consommation.
  • Utiliser les vertus thérapeutiques des produits apicoles :l’ apithérapie. L’apithérapie est une méthode de soins naturelle basée sur les produits de la ruche. Elle s’utilise pour prévenir et traiter les maladies et pour favoriser la guérison. La thérapie individuelle utilise essentiellement les six produits apicoles suivants: le miel, la propolis, la gelée royale, le pollen de fleurs, le venin d’abeille et la cire d’abeille.
  • Réduire au maximum l’utilisation de nos cellulaires. Et pourquoi pas une journée mondiale de l’abeille où on éteindrait notre cellulaire une journée entière…

Je finirais cette article par cette phrase d’un auteur inconnu : «La mer nourrit la terre, la terre nourrit les hommes, les abeilles fécondent la terre»

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire